Sep 17, 2015

Banque mondiale échoue à mettre fin aux attaques, arrestations des villageois manifestant contre des grands projets

FacebookTwitterGoogle+EmailPrintShare

Une enquête menée par Human Rights Watch estime que, depuis 2004, des projets financés par la Banque mondiale ont déplacé environ 3,4 millions de personnes. Quand les populations affectées par ces projets de développement manifestent contre leur déplacement, elles sont souvent les victimes d’arrestation, de violence, et d’intimidation. Bien que la Banque mondiale n’ait pas l’authorité légale de protéger les manifestants contre les représailles du gouvernement, elle peut exercer son influence d’autres manières. Cependant, pendant la dernière décennie, la Banque n’a pas pris une position suffisamment agressive pour protéger les citoyens qui manifestent contre ces projet adossés par la Banque. Human Rights Watch a rapporté que “la réponse la plus courante” de la Banque à ces représailles frôle “la plus complète apathie.” De plus, des rapports internes indiquent que les mécanismes de réclamation des projets ne sont que des formalités qui existent en théorie mais pas en pratique. Déposer plainte avec le Panel d’inspection de la Banque ou l’Obudsman peut souvent entraîner des représailles du gouvernement ou des entreprises impliquées dans ces projets. Lisez le rapport ici.