Juil 18, 2017

FMO et Finnfund se retirent officiellement du projet Agua Zarca

FacebookTwitterGoogle+EmailPrintShare

Deux des sponsors principaux du projet de barrages hydroélectriques Agua Zarca au Honduras ont annoncé leur sortie officielle du projet après des années de campagne menée par des groupes autochtones locaux et les critiques d’organisations internationales de la société civile.

Dans un communiqué de presse [version anglaise] publié le 6 juillet, la banque de développement néerlandaise, FMO et l’entreprise finlandaise de financement du développement, Finnfund, ont déclaré que leur sortie du projet « vise à réduire les tensions internationales et locales dans la région. » Cependant, selon les groupes de défense de droits Both ENDS et SOMO, par leur sortie, les banques « ne reconnaissent pas le rôle qu’ils ont joué et celui de leur client [DESA] dans le conflit dans la région. » Les communautés locales se battent depuis des années contre le projet et les risques qu’il pose à leur environnement et aux droits humains. Les dirigeants locaux qui s’opposent fervemment au barrage ont fait l’objet de menaces et d’attaques violentes.

Le projet Agua Zarca a gagné en attention internationale après le meurtre de Berta Cáceres le 3 mars 2016. Cáceres, une militante pour la protection de l’environnement, a été la cofondatrice et coordinatrice du Conseil des organisations populaires et autochtones de Honduras (COPINH), qui a mené l’opposition populaire au projet, en exprimant les inquiétudes concernant les dommages environnementaux, le manque de consultation et de coordination avec les communautés locales autochtones Lenca.

Dans une déclaration  publiée le 6 juillet, COPINH a considéré la sortie des banques comme « une victoire pour les communautés organisées pour la défense de la rivière sacrée Gualcarque et les droits du peuple Lenca ». COPINH a indiqué néanmoins que les banques n’ont pas adopter une « sortie responsable », laissant derrière eux un « processus de prise de décision sur un projet de barrage hydroélectrique qui pourrait générer plus de violence et de répression ». Cela inclut la possibilité de « l’impunité pour les meurtres et les crimes commis » par rapport au projet et le manque continu de la responsabilité de la part de DESA, l’entreprise privée qui sert de propriétaire et de promoteur du projet.

En ce qui concerne l’échec des banques à planifier  sortie responsable, Anna van Ojik, conseillère politique du groupe néerlandais, Both END, a déclaré: « Ce qui se passe maintenant devrait avant tout aborder l’impunité pour les violations des droits humains dans la région. La violence et les menaces augmente de jours en jours et aucune justice n’a été rendue pour le meurtre brutal de Berta Cáceres, les attaques violentes dans la communauté et les dommages causés à la propriété des communautés. La situation des communautés autour du projet Agua Zarca reste précaire tant que cela n’est pas abordé. »

La sortie de FMO et de Finnfund laisse la Banque d’Amérique centrale pour l’intégration économique (CABEI) en tant que sponsor principal du projet.