Finance en commun 2021

Les 19 et 20 octobre, plus de 500 banques publiques de développement se sont réunies à l'occasion de la deuxième édition du Sommet Finance in Common (FIC). Co-organisé par la banque italienne Cassa Depositi e Prestiti et le Fonds international pour le développement agricole, le sommet de cette année s'est concentrée sur la contribution des banques publiques de développement à la transformation de l'agriculture et de l'agrobusiness pour la sécurité alimentaire, l'adaptation au changement climatique et la préservation de la biodiversité.

Malheureusement, les droits humains et le développement mené par les communautés n'étaient pas à l'ordre du jour. Les personnes les plus touchées par les investissements des banques de développement - les communautés locales, les/las agriculteurs-ses, las/les pêcheurs-ses, les éleveurs-ses, les femmes, les peuples autochtones et les défenseurs-ses des droits humains - n'ont pas eu la possibilité de faire part de leurs préoccupations lors du Sommet, malgré les nombreuses preuves de violations des droits humains liées aux investissements des banques de développement, notamment dans le secteur des systèmes alimentaires.

Cela n'est pas surprenant, car le FIC de cette année suit les traces d'un autre forum international de haut niveau qui a été fortement critiqué pour avoir exclu les voix des communautés locales, bien qu'il soit hypocritement qualifié de "sommet des peuples" : le Sommet national des Nations unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS).

Nos membres, partenaires et alliés du monde entier se sont engagés dans une puissante campagne de mobilisation autour du FIC, pour demander aux banques de développement de cesser de financer des projets ou des politiques qui nuisent aux personnes et à l'environnement. Consultez les ressources ci-dessous pour en savoir plus!

Dans le monde entier, les banques publiques de développement continuent à financer des projets de développement nuisibles. Consultez les études de cas ci-dessous et partagez ces cartes en solidarité avec les communautés locales et les militants qui font campagne contre ces projets!