Mai 18, 2020

Déclaration adressée aux institutions de financement du développement concernant la réponse au Covid-19

FacebookTwitterEmailPrintShare

May 18, 2020 – La Coalition pour les droits humains dans le développement appelle toutes les institutions de financement du développement (IFD) à veiller à ce que le financement et le soutien qu’elles apportent à l’intervention relative au Covid-19, et pendant la période de relance économique, respectent les droits humains et mènent à la justice économique pour ceux qui sont les plus vulnérables.

Nous constatons que le Covid-19 et les verrouillages économiques qui s’ensuivent ont des impacts inégaux, causant le plus de tort aux communautés déjà vulnérables et exacerbant les problèmes d’inégalité, de violence, de militarisation et de surveillance. Les IFD se sont engagées à contribuer des milliards de dollars dans le cadre de la réponse mondiale à la pandémie de Covid-19. Bien que nous reconnaissons que la pandémie nécessite une intervention urgente, les membres et les partenaires communautaires de notre coalition s’inquiètent des répercussions du soutien des IFD et de la façon dont cet argent sera dépensé.

Une part importante du soutien des IFD est destinée aux gouvernements et autres clients ayant de piètres antécédents en matière de droits humains. Il y a des lacunes dans la transparence et la reddition de comptes. Et dans de nombreux cas, l’argent ira aux individus, aux sociétés et aux banques et n’atteindra peut-être jamais ceux qui sont les plus vulnérables. Dans le même temps, l’accent mis sur la lutte contre la propagation de Covid-19 a créé des risques et des défis supplémentaires pour ceux qui défendent leurs droits ou dénoncent les activités de développement qui leur nuisent ainsi qu’à leurs communautés. Ainsi, le Covid-19 est à la fois un test et une opportunité pour les IFD d’aligner leurs politiques et pratiques avec les lois, politiques et normes relatives aux droits humains et avec la conduite responsable des entreprises et des gouvernants.

Nous appelons donc toutes les IFD à veiller à ce que le financement et le soutien qu’elles fournissent dans le cadre de la réponse de Covid-19, et pendant la période de reprise économique, respectent les droits humains et conduisent à une justice économique pour ceux qui sont les plus vulnérables à la pandémie, à ses conséquences sociales, économiques et politiques. La réponse des IFD au Covid-19 devrait soutenir un accès équitable et universel aux soins de santé, à la nourriture, à l’eau et à d’autres services essentiels. Cela implique d’éviter les projets qui nuisent à l’environnement, déplacent des personnes, augmentent les risques de surveillance et de militarisation, ou menacent des moyens de subsistance durables et la sécurité alimentaire. L’adoption d’une approche du développement fondée sur les droits humains aidera également à faire face aux risques liés aux projets et aux risques de portefeuille et à canaliser les fonds de manière à ce qu’il y ait le plus grand impact possible sur les personnes, les peuples et la planète.

Reconnaissant qu’il existe de réels défis à une consultation et à une participation significatives en raison de la pandémie, en particulier dans les communautés les plus touchées par la crise, les IFD devraient prendre des mesures supplémentaires pour faciliter l’accès des communautés aux informations, au pouvoir et aux ressources dont elles ont besoin pour déterminer leurs propres voies et priorités de développement maintenant, après le confinement, et au lendemain de la pandémie. Cela doit être effectué là où des contextes modifiés peuvent avoir un impact sur la société civile et la participation des communautés aux processus de développement. Cela signifie donc que les IFD doivent prendre des mesures pour prévoir un environnement transformé en ce qui concerne les représailles et les libertés restreintes, et s’assurer que leur réponse au Covid-19 soutient et n’entrave pas la capacité des communautés à demander des comptes aux IFD, gouvernements et autres acteurs, maintenant et à l’avenir.

Téléchargez ici la déclaration complète en anglais, français et espagnol.

Téléchargez ici le communiqué de presse en anglais, français et espagnol.

Signez la déclaration